Radical Musical - Parti imaginaire

Bonjour les ploucs !

Malgré mon incommensurable talent, vous vous demandez certainement pourquoi je n'ai toujours pas écrit un texte intéressant du type littéraire ; hé bien c'est très simple, c'est simplement que si jamais je le diffuse et que ça plaît à quelqu'un il va dire "Houlà il est trop bien cherché comme texte ce texte là" et après il l'envoie à un magazine littéraire avec un nom à la con du style "Le Papier Littéraire - Du papier avec de la littérature (en sous titre)", et après c'est publié dedans à côté d'une interview de quelqu'un d'intègre comme David Pujadas par exemple, et ainsi le texte a une influence sur les milieux intellectuels puisqu'il est publié dans une revue sérieuse et donc les gens en parle, par exemple dans une soirée mondaine dans le 16e arrondissement entre deux rails de coke on dit "Wow c'est encore mieux que du Zola dis donc ! T'as pas des chips magueule ?" pis en fait le mec qui parle il fait parti d'un comité de lecteur d'un grand concours littéraire qui s'appellerait par exemple "Le Concours Littéraire - Le concours avec de la littérature (en sous-titre)" et il veut le faire sélectionner et après le texte il gagne le prix et l'éditeur il gagne plein d'argent avec le copyright qu'il investit dans une banque qui pourrait s'appeler par exemple "Le Crédit du Poitou - Parce que votre argent vaut plus que du fric (en sous titre)", ça alimente un fond de pension américain basé dans un paradis fiscal à Jaïpour qui permet de financer les fonds de roulement de la mafia polonaise qui va utiliser ce surplus de volume monétaire sur le compte bancaire pour pouvoir revendre une nouvelle drogue révolutionnaire dans les pays asiatiques, mais cette drogue, qui pourrait s'appeler par exemple "Les ailes du démon - Parce que votre drogue vaut plus que de la drogue" va en fait contenir un agent pathogène qui va répandre une maladie mortelle et très contagieuse qui va tuer la plupart des ouvrier chinois ainsi que la moitié de la population mondiale, déstabilisant complètement l'économie capitaliste, qui est déjà à la base facilement destabilisable, plongeant le monde dans l'anomie, où la nourriture infectée par la maladie est aussi irradiée par la centrale de Chinon puisque c'était tellement la panique que personne s'est occupé de l'éteindre puisque de toute façon on ne peut pas l'éteindre alors du coup elle a explosé comme toutes les autres centrales de France et en plus, très franchement y'en a déjà beaucoup, enfin c'est la merde, et y'a juste quelques extrémistes survivaliste qui vivent encore dans des bunkers mais ils doivent s'ennuyer pas mal parce que y'a pas internet.

C'est pour cela, chers lecteurs attentifs, que je préfère à la place vous écrire de la poésie poétique :

Je me place près des plates bandes,
Regardant passer les autos pressés,
Sans sortir de mes songes qui m'attendent,
A la sortie des défunts jours d'été.
Je me baisse tel le penseur apprété,
Tel Rodin dans sa position exquise,
Je sens mes muscles rectaux gonfler
Expulsant un étron qui me brise.
Quelques flics viennent m'accoster ;
Leur grands airs repoussants
M'indique leur mépris.
Je ne veux les offenser,
Mais que faire d'autre dorénavant
Lorsque vous êtes sans abris ?

 

S'inscrire à la lettre d'informations

50 rue Hergé
16000 Angoulême

Tél. : 05 45 92 48 32

contact
facebook